Solidifier des assemblages de bois

0

On peut évidemment visser ou clouer les pièces assemblées afin de les solidifier, mais puisqu’on s’intéresse aux assemblages sans clous ni vis, voyons comment nous pouvons continuer à nous en passer…

Colle
Une colle à bois ou à matériaux de construction solidifiera tout type d’assemblage. Dans le cas des lamelles, cependant, la colle ne sert pas seulement à établir un lien basé sur le pouvoir d’adhérence, mais aussi à humidifier les lamelles, qui prennent alors de l’expansion dans la fente, créant ainsi un lien physique entre les deux pièces à assembler.

Clés
Cette technique, qui s’apparente au principe des lamelles, s’applique aux assemblages de pièces en coupe d’onglet (ex. : cadres). On découpe des traits dans le coin extérieur de l’assemblage et on y insère des languettes de bois. On laisse sécher la colle, puis on retire, à la scie à dosseret ou à la lime, les bouts de languettes qui dépassent, en prenant soin de ne pas endommager la surface.

Chevilles
Les chevilles de bois peuvent être utilisées pour littéralement verrouiller un assemblage de type « tenon et mortaise » : il suffit de percer l’assemblage de part en part, puis d’insérer un goujon dans le trou. Pour encore plus d’efficacité, on réalisera un verrouillage « à la tire » : le trou du tenon est légèrement décalé (environ ½ à 1 mm) par rapport aux trous percés dans la mortaise. Lors de son insertion, le goujon « tire » sur le tenon, l’entraînant vers la mortaise.

Coins ou clavettes
Les assemblages « tenon et mortaise » traversants peuvent être solidifiés par l’insertion de coins de bois (languettes de bois dont l’épaisseur va en croissant) : on découpe des fentes sur l’extrémité du tenon (ce qui lui donne un aspect de « fourchette »), on glisse celui-ci dans la mortaise (qui est creusée de part en part de la pièce), puis on insère un coin dans chacune des fentes et on le fait pénétrer en le frappant légèrement avec un maillet. Cela a pour effet d’écarter les parties du tenon qui forment la « fourchette ». On peut élargir la mortaise là où sort le tenon, ce qui permet à celui-ci de s’écarter davantage, pour un verrouillage accru.

Partager.

Laisser un commentaire